Après une longue période d’une dizaine de jours de grisaille quasi complète, en dépit de timides éclaircies parfois, le ciel s’est enfin dégagé dimanche après-midi, et la température a plongé la nuit suivante, pour afficher lundi matin un joli -24,4°C de minimum, ce qui améliorait déjà notre record de froid de l’année. La température n’est pas montée au dessus de -22°C environ dans la journée, et la nuit dernière fut encore un peu plus froide, de sorte que ce mardi 19 au matin, nous avons atteint vers 10h, soit à peu près au lever de soleil la valeur de -25,5°, le tout avec un vent assez faible.

Cette valeur n’est bien sûr pas exceptionnelle du tout au coeur de l’hiver adélien où nous nous trouvons. Cependant, il s’agit de mon record de froid personnel ici, puisque durant l’intégralité de l’année 2009 que j’ai passée ici, nous n’étions pas descendus plus bas que -25,3°C ! Ill s’agissait d’une année particulièrement douce, il est vrai. Lundi a donc été parfaitement ensoleillé, et ce fut presque le cas de ce mardi, même si cette fois une barre nuageuse occupait l’horizon nord, ce qui a eu pour effet d’occulter le soleil juste après le lever, et avant le couchant, nous privant en tout d’une bonne heure d’ensoleillement. 

La lumière a néanmoins été magique ces deux jours, j’ai bien pu profiter du lever et du coucher, dont nous étions privés depuis une dizaine de jours. J’offre ainsi un aperçu des paysages de ces 3 derniers jours, avec le couchant de dimanche, lorsque le ciel commença tout juste.à se dégager.  Cette période lumineuse est revenue à point nommer pour me rebooster un peu, car la lassitude de la grisaille commençait tout de même à se faire un peu sentir. Cet ensoleillement est certes assez symbolique, car il ne parvient quasiment plus du tout à réchauffer l’atmosphère. Le lever de soleil se déroule maintenant après 10h du matin, et le coucher juste après 15h, et on devrait d’ici mi juin perdre encore deux bonnes heures de jour, même si les aubes et crépuscules s’allongent, ce qui compense un peu.

Notre actualité est d’autant plus dominée par la météo qu’une grosse tempête s’annonce pour la nuit de mercredi à jeudi, dans 24 heures exactement, avec une forte probabilité de dépasser les valeurs de notre tempête Aurore de référence du 24 janvier (184km/h en pointe). Une dépression se creuse au nord de DDU, et se rapproche petit à petit de nous, elle devrait atteindre 945hPa en son centre dans un peu plus de 24h, en se trouvant à environ 500km au nord/nord-est de la base, une position idéale pour avoir des vents violents, de force cyclonique, ici. Mon record de 2009 de 187km/h en rafale va-t-il tomber ? C’est bien possible…

Comme nous voyons cette tempête arriver sur nos prévisions depuis ce week-end, tout le monde est prévenu sur la base, et s’organise en conséquence, et nous savons que dès demain après-midi, toute la nuit suivante, et probablement la matinée de jeudi, il sera compliqué de passer simplement d’un bâtiment à un autre avec le vent violent glacé parfois de face, parfois de côté, toujours déstabilisant, en tout cas ! Pour ma part, mon côté passionné de météo se réveille particulièrement à l’approche de ce genre d’événement, et comme je suis de service mercredi, je serai aux premières loges pour observer le vent monter heure après heure ! 

Tout ceci contribue à faire de ces dernières journées des moments aussi agréables qu’intéressants à suivre, et cela devrait donc durer jusqu’à jeudi, au moins. Ce mardi soir, le ciel se recouvre à l’approche de la tempête, le vent se lève doucement avec des rafales à 50-60km/h, la température remonte à -21°C, ce qui donne tout de même un ressenti frisquet dehors (indice de refroidissement éolien de -35)… A bientôt pour le bilan de la tempête !