En discutant avec Malik, notre gérant postal, j’ai pris conscience que nous approchions déjà d’une première date butoir : le 24 janvier. Que se passe-t-il le 24 janvier ? Eh bien c’est la dernière date à laquelle il faut avoir reçu, à Roissy, le courrier destiné à la dernière rotation R4, le dernier ravitaillement avant l’hivernage, dernière date pour le courrier dans le sens Reste du monde -> DDU.. Donc, si vous souhaitez envoyer une lettre, un colis… à un(e) hivernant(e) de la TA70, et surtout avec une chance de livraison fin février et non en novembre prochain, il reste exactement 2 semaines, en réalité un peu moins même (puisque c’est le 24 Janvier, à Roissy), pour le faire. L’adresse est celle qui apparaît sur une des photos proposées avec ce billet, prise à la gérance postale. Malik travaille tranquillement et prend des forces en attendant le surcroît brutal de travail que va constituer l’arrivée du bateau avec ses sacs postaux, traditionnellement déchargés en premier !

Dans l’autre sens, DDU -> Reste du monde, c’est beaucoup plus détendu puisque nous pourrons encore envoyer lettres, colis, cartes… jusqu’à R4 justement donc, soit fin février. Je compte bien réaliser quelques envois postaux, mais ce n’est donc pas encore urgent de notre côté. Je n’attends rien de particulier, rien d’essentiel en tout cas, dans le courrier à venir avant l’hivernage, je pense que pour l’essentiel j’ai pris tout ce qu’il me fallait, et peut être même un peu trop, mais c’est toujours comme ça ! La rotation du courrier postal est indissociablement liée aux rotations du bateau. A voir déjà avec l’arrivée de l’Astrolabe d’ici une dizaine de jours, a priori.

En bonus, deux autres photos d’une petite promenade du jour, sous un grand soleil, mais avec une différence de taille, le léger vent qui a soufflé toute la journée était vraiment froid, antarctique, contrairement à hier je n’ai pas tenu très longtemps en short… Au thermomètre il n’a pourtant fait que 2 degrés de moins qu’hier (0,9°C de maximale) mais le ressenti était vraiment plus froid, malgré le plein soleil et la lumière toujours magique. Une première photo du bâtiment 42, le fameux dortoir des hivernants, où nous avons tous notre chambre, pour cette année 2020. C’est le seul bâtiment de la base qui possède un étage. On voit sur cette photo la façade maritime, tournée vers le nord, avec à l’étage uniquement des chambres/salles de bain dont celle du chef de district (Régis, DISTA, vers le milieu), et au rez-de-chaussée, sur la droite, la partie médicale avec l’hôpital et la chambre du médecin à côté de celle du patient potentiel, au milieu le bureau du DISTA, sur la gauche d’autres chambres, dont la mienne, 2ème fenêtre en partant de la gauche. Il y a également deux salles de bain au rez-de-chaussée. Il y a évidemment des chambres de l’autre côté également. Ce n’est pas une vue si fréquente du bâtiment, car il faut imaginer qu’avec les tempêtes de neige hivernales, une congère grossira semaine après semaine, pour atteindre, sur cette même façade, quasiment le toit du bâtiment, condamnant quelques fenêtres ! Photo probable à suivre dans quelques mois...

La photo panoramique proposée a été prise derrière le « nouveau bâtiment »  le bâtiment 75, qui combine centre de recyclage des déchets, une belle salle de sport, la réserve d’alcool et la réserve médicale. Ce bâtiment n’existait pas lors de mon hivernage précédent, et c’est un bel ajout, très pratique. Le centre de recyclage est accessible à tous, complet, dirigé d’une main experte par Alain Mathieu, qui a hiverné avec moi en 2009, et qui connaît bien DDU puisqu’il va effectuer avec nous son 7ème hivernage adélien ! La salle de sport est spacieuse est bien équipée, propre et régulièrement fréquentée par la population locale. La réserve d’alcool et la réserve médicale sont fermées à clé et sont gérées par Malik et Loïc de la gérance postale/radio, et Sarah, respectivement. J’avoue ne pas trop me rappeler où on mettait l’équivalent de tout ce qu’on stocke dans ce grand bâtiment lors de mon hivernage. La salle de sport était petite et juste à côté de la météo, je crois que la réserve d’alcool et la réserve médicale se trouvaient dans des containers au coeur de la base, mais le recyclage de tous ces déchets…? Il est certain qu’on y apporte un soin toujours plus grand, et que ce vaste local dédié est bienvenu. Pour revenir à la photo prise à l’arrière du 75, elle regarde vers le sud de l’île des Pétrels, le bout de banquise qui nous relie encore au continent antarctique, résistera-t-il à cette fin d’été ? On voit notamment sur la gauche la langue du glacier de l’Astrolabe, et droit devant, au fond, l’île Rostand, et le Nunatak du Bon Docteur, derrière. A bientôt.