C'est le dernier soir à quai, à bord de Bluenote, le début de la véritable traversée est maintenant tout proche. J'ai hâte que ça démarre, bien sûr, je suis aussi venu pour cela, au delà de la belle visite de la Réunion. Je suis calme, serein car je pense que nous avons bien la situation en main. Quant à mon mal de mer, je pense que j'attaquerai l'Océan dans de bien meilleures conditions, incomparables, avec celles de la semaine dernière. En tout cas, on va faire en sorte de rendre cette traversée aussi confortable que possible, on n'est pas en configuration de régate, on peut se permettre de patienter si les conditions sont trop mauvaises en mer.

Naturellement, cela fait plusieurs jours que nous scrutons les modèles météo sur la zone, Georges avec son logiciel Weather4D très pratique sur l'iPad, qui permet de charger le modèle américain GFS, parmi les meilleurs mondiaux. De mon côté, j'ai accès au modèle européen CEP (ou ECMWF en anglais) sur mon ordinateur connecté à Internet, et nous comparons les cartes de vents, dépressions, prévus sur notre trajet.

CEPdepart

Voici une carte (cliquer pour agrandir) qui montre les différentes étapes du trajet à venir. Nous partons normalement ce vendredi 30 en fin de matinée si tout va bien de du Port, nord-ouest de la Réunion, pour aller vers Richards Bay, sur le nord-est de la côte sud-africaine. Une escale est envisagée à Fort Dauphin, à la pointe sud-est de Madagascar. C'est le plan sur lequel nous tablons ce jeudi 29 au soir, mais ce plan ne s'est véritablement révélé qu'hier mercredi 28 au soir. Ce n'était en effet pas le plan initial, tel qu'on le recommande dans l'incontournable bible du navigateur "Routes de grande croisière" de Jimmy Cornell, qui recommande d'éviter la zone de hauts fonds située dans le prolongement sud de Madagascar (il s'agit du plateau qui prolonge la grande île) en passant au moins 150 milles (nautiques) au sud des côtes méridionales malgaches. Sauf que...

CEPdep

Sauf qu'une belle dépression australe est prévue de se creuser exactement sur cette zone à la date à laquelle nous pourrions y arriver, et qu'elle pourrait sévir pendant 48-72 heures. Sachant que ces mers sont réputées dangereuses, quand on voit un gros phénomène se former pile sur notre route théorique idéale, pas question d'aller au contact, ce qui nous mettrait dans une situation très compliquée (mer démontée, vents forts)... A partir de là il y avait deux solutions : 1) rester plusieurs jours de suite à la Réunion en attendant que ça se calme sur toute la zone, pour trouver une meilleure fenêtre météo 2) commencer à faire une partie du trajet quand les conditions sont correctes, et aller s'abriter pour laisser passer la tempête.

Pendant plusieurs jours, nous n'avons envisagé que la première option, en se disant aussi que, peut être, vu les échéances de prévision lointaines, la dépression se dégonflerait à la date à laquelle nous devions passer. Sauf que ça risquait de ne pas se produire, et que cela ne s'est pas produit jusqu'à maintenant... En retardant de plusieurs jours le départ de la Réunion, on restait encore à la merci d'une fenêtre météo favorable de 7-8 jours, durée du trajet théorique direct, qui n'allait pas forcément se représenter tout de suite...

Donc finalement, cette dépression persistant sur la zone à ces dates là (en gros, se formant le 3 Octobre, durant jusqu'au 6), de façon assez proche sur les deux modèles principaux GFS et CEP, on s'est dit que, peut être qu'avancer déjà de 3 jours en rejoignant la côte malgache, pour se mettre à l'abri dans un port, pourrait constituer une solution 2) intéressante. Ce n'est donc qu'hier soir qu'on s'est renseignés sur Fort Dauphin, pour constater qu'a priori il y avait des infrastructures correctes, ce qui n'est pas toujours le cas à Madagascar, et qu'en plus le coin avait l'air superbe, de bonnes perspectives pour une escale, en définitive !

On s'est renseignés aujourd'hui en appelant le consul de France à Fort Dauphin, qui nous a indiqué que le nouveau port où nous pourrions nous arrêter est surveillé, donc qu'il serait raisonnable d'y rester peut être 2-3 jours, le temps de retrouver de meilleures conditions de mer, et c'est l'option que nous retenons ce soir, qui permet de maintenir notre date de départ initialement envisagée du vendredi 30 pour quitter la Réunion. Une fois là bas et la tempête passée, les premiers modèles indiquent des conditions beaucoup plus favorables à la navigation sur la route Fort Dauphin-Richards Bay à la fin de la semaine prochaine, espérons que ça se confirme...! En tout cas, on aura déjà fait une petite moitié du trajet, qui ne sera plus à effectuer.