Comme j'ai le sentiment qu'aller à DDU se mérite, de plusieurs façons, l'une d'entre elles est peut être d'endurer de fortes chaleurs estivales, avant de pouvoir se reposer dans un beau pays où elles n'existent pas, et ne sont même pas prêt de l'être dans les projections les plus alarmantes. Je me suis d'autant plus dit "Vivement DDU" ces derniers jours que j'étais et suis toujours d'ailleurs, à Toulouse en formation pour le départ de décembre en Terre Adélie. Formé pour être apte dans les glaces, par +40°C, ça, c'est maintenant fait ! Juillet commence... et le départ est donc maintenant prévu dans 5 mois, soit la durée qui me sépare du mois du début février, pas si lointain que cela.

 

Nous avons vécu ces derniers jours en France un phénomène climatique d'une ampleur inconnue dans l'époque moderne au moins. Le record natonal de chaleur a été battu par plus d'une dizaine de stations météo différentes, la valeur un peu douteuse de 44,1°C de la canicule d'août 2003 dans le Gard a été remplacée par une autre beaucoup plus fiable : on a ainsi relevé 45,9°C à Gallargues-le-Montueux, dans le Gard, vendredi 28 juin 2019. Une station amateur voisine du réseau de qualité Infoclimat a mesuré 46,1°C au Triadou, dans l'Hérault. Je retiendrai donc de cet épisode météorologiquement exceptionnel qu'on a battu d'environ 2°C l'ancien record national de chaleur.

Cela a d'ailleurs eu des conséquences dramatiques sur la végétation de cette région, un gros pourcentage des vignes du coin a littéralement grillé sur place, car le vent brûlant était également de la partie ce vendredi 28. Comme si on avait soufflé avec un puissant sèche cheveux à plus de 45°C sur ces vignes pourtant habituées aux chaleurs d'été, mais pas > 40°C non plus, a fortiori encore moins à 45°C et davantage ! 46°C, c'est la température normale en août dans un endroit les plus chauds du monde, la bien nommée "Vallée de la Mort" en Californie...

Excepté en août 2003, il n'avait jamais fait aussi chaud en France que le 27 juin 2019, ce qui replace le caractère exceptionnel des températures, même à l'échelle du pays, d'autant plus si on considère que cet événement s'est produit au tout début de l'été, en juin ! On mène en ce moment une étude d'attribution, qui devrait permettre de savoir à quel point le réchauffement climatique est responsable de cette canicule historique de juin 2019, je suis curieux d'en connaître le résultat, sans trop douter a priori de la part importante du réchauffement dans l'apparition d'un phénomène si puissant, si précocément dans l'été...

A Toulouse où je me trouvais ces jours-ci, l'ancien record pour un mois de juin (39,8°C) a été battu deux fois, jeudi 27 et samedi 29, et ce dimanche le rafraîchissement a été relatif avec 34°C. Ca devrait aller un peu mieux pour les 3 prochains jours, où je vais retrouver les bases du radiosondage, également appelé "lâcher de ballon" en langage non scientifique. Eh oui, avec un nouveau logiciel notamment, il faut se refaire la main, avant de partir le refaire là bas, dans des conditions parfois musclées...!

Pour terminer sur la canicule, j'ai animé un point presse pour Météo-France vendredi 21, auquel étaient présents une vingtaine de journalistes, afin d'annoncer nos premières prévisions pour la canicule de la semaine suivante. J'ai donc parlé d'un événement qui devrait débuter 3 jours plus tard, en annonçant une fin possible 9 jours après. Je suis encore positivement bluffé que la réalité ait si bien suivi la prévision de l'événement, surtout pour des prévisions à plus de 7 jours ! C'est à ce genre d'événement que je mesure la progression impressionnante des prévisions météo à moyenne échéance (> 4 jours) depuis mon arrivée à Météo-France il y a 14 ans...

J'ai également reçu cette semaine un mail de l'IPEV, qui me demande d'envouyer mes mensurations pour préparer les vêtements de missions qui m'accompagneront toute l'année prochaine, il va donc falloir que je me mesure et que je renvoie ça, avec a priori une séance d'essayage au cours du séminaire de septembre, celui que j'attends avec impatience, pour découvrir les gens qui vont composer ma TA70. A bientôt, plus fraîchement j'espère !