L'année 2017 a défilé à toute vitesse, et ma volonté de retourner en Terre Adélie a véritablement pris corps. 10 ans après, j'ai donc repostulé lors de la commission d'affectation d'automne pour le poste de chef de station météo à Dumont d'Urville. Les résultats sont tombés il y a une dizaine de jours : je n'ai pas été choisi. C'est un de mes jeunes et brillants collègues qui aura la chance de découvrir, à son tour, la vie de chef de station météo sur le continent blanc. En la matière, le fait d'y avoir déjà été m'a desservi, afin de laisser leur chance à d'autres candidats. Ce qui rend donc assez peu probable le fait que je puisse y retourner un jour, une idée à laquelle je commence un peu à me faire.

Dans un contexte professionnel particulièrement mouvant à Météo-France, plus que jamais, j'ignore de quoi mon avenir sera fait, même dans les tous prochains mois, là où la Terre Adélie m'aurait apporté une réponse aussi heureuse que rassurante. En tout cas, j'ai répondu favorablement à une sollicitation pour préparer et donner un petit cours sur la météorologie polaire, qui a eu lieu cette semaine. Joie de renouer avec l'enseignement, une autre forme de communication qui a longtemps eu ma préférence. Une expérience appelée à se renouveller l'année prochaine, peut être à deux reprises même. D'une certaine façon, tout en restant à distance de la Terre Adélie, j'en reste proche par la problématique polaire et l'enseignement. Pire : j'ai également aggravé mon cas en donnant une conférence sur mon année à Dumont d'Urville à l'Ecole Nationale de la Météorologie cette semaine, essayant de transmettre l'enthousiasme de cette belle aventure à, principalement, une assemblée de jeunes collègues qui pourront bientôt postuler.

Au moment de la déception, je préfère rebondir sur le positif, et cette chance qui m'a été donnée il y a 10 ans, ces souvenirs et cette proximité que je ressens encore près de 9 ans après mon départ, si près, si loin déjà... A bientôt : je vais essayer de reprendre une activité plus régulière sur ce blog, en parlant de la dureté climatique de cette année 2017, notamment en Corse.