Mercredi 5 Octobre

Mercredi matin, Georges s'est levé bien tôt, pas rassuré par les perspectives météo. On préfère en général prévoir un peu de marge pour naviguer, en tâchant d'éviter les coups de tabac. Dans le cas précis, il y a une route possible, qui ne laisse pas beaucoup de marge. Nous avons donc passé à nouveau pas mal de temps à étudier les options possibles, assez perplexes car les différents modèles de référence n'indiquaient pas tout à fait les mêmes risques aux mêmes moments.

barpechemDes pêcheurs qui partent vers le large, ce matin là, à côté de notre port

En parlant de risque, il faut garder à l'esprit que, pendant que nous nous inquiétions de ce qui pouvait nous attendre, ce même mercredi, au large, la mer était déchaînée par une tempête, une vraie, qui sévissait sur toute la zone, et dont nous nous étions fort heureusement protégés en faisant cette escale, pas simple dans ses modalités, à Port Ehoala. Quelques précisions sur ce port, d'ailleurs : il n'a que quelques années d'existence (ouverture en 2009), et est lié à l'exploitation minière Rio Tinto QMM (qui exploite l'ilménite, dont on extrait du titane), mais il sert aussi à approvisionner la région, en recevant des cargos. C'est d'ailleurs ce qui s'est produit ce mercredi, les deux remorqueurs du port sont sortis pour accompagner un cargo qui arrivait.

remorkCette mine ainsi que l'activité portuaire offrent de nombreux emplois aux locaux, qui doivent être parmi les plus rémunérateurs du coin, et d'après ce qu'on a pu en juger, le souci de sécurité est très élevé. Ce mercredi matin, l'activité était très importante sur le port, on commençait à décharger les conteneurs du cargo. Vers 9h, nous avons quitté le bateau et commandé par radio (canal 11) une navette pour nous escorter hors de la zone portuaire. De là, nous sommes allés au bureau du très sympathique Martial, qui nous avait proposé d'y passer pour profiter autant que nécessaire de son accès wifi, bien pratique pour consuter de nombreuses autres cartes météo, et envoyer quelques infos sur ce blog !

Mais ces bureaux du port (dans des algeco voisins) ne sont vraiment pas pensés pour recevoir du public. Grâce au mot de passe fourni par Martial, je me suis connecté sur le réseau local des bureaux… mais impossible d'accéder à Internet pour autant, on est pas dans un cybercafé. Pendant 20 minutes j'ai essayé de déterminer quelle était la configuration du réseau local, et en tâtonnant, avec l'aide du téléphone bien configuré de Martial, j'ai réussi à bien paramétrer le réseau à la main sur mon ordi. Il me manquait alors une information capitale (une adresse de serveur DNS pour les initiés), que Sébastien, fils de notre équipier Paul, mon cousin donc, nous a fourni par téléphone depuis la Réunion, ouf ! Ca marchait !

entresortbatIllustration de la non-adaptation du port : quai beaucoup trop haut et échelle de corde de fortune pour permettre de sortir du bateau !

J'ai tenu à relater cette anecdote qui illustre par cet autre détail l'incongruité de notre présence dans ce lieu absolument pas adapté et habitué à recevoir des gens de l'extérieur, comme nous. D'ailleurs, nous ne savions toujours pas combien nous coûteraient les quelques jours ici au port, les premières estimations à multiples zéros nous ayant quelque peu estomaqués.

routedeserteLa route, quasi déserte et très large pour laisser passer les camions convoyeurs de minerai, qui relie le port à la ville

Ensuite, nous avions décidé d'essayer un des restos du coin qui avait de bonnes notes sur TripAdvisor, nous sommes donc allés au "Local, chez Georges", tiens donc, pour déjeuner. Le cadre était vraiment sympa, et la nourriture appréciable, à un prix très correct (10 Euros/personnes repas complet, tout compris). Redy, notre taxi, a déjeuné avec nous et nous a dévoilé par moments quelques données locales. Il nous a expliqué qu'à cause de l'instabilité politique, le nombre de touristes avait chuté dramatiquement ces dernières années, rendant la vie locale encore plus difficile, et qu'un resto comme "cher Georges" faisait avant bien souvent le plein, alors que nous y avons déjeuné quasiment seuls…

ruefdoUne rue de Fort Dauphin (Tolanaro en malgache) vers la mi-journée

ruefdo2Un peu plus loin, dans la ville...

ruefdo3

taxiptvueNotre taxi, en très bon état pour les standards du coin, devant un joli point de vue sur la baie

vupla

Pendant le déjeuner, nous avons à nouveau beaucoup parlé de la météo à venir, une dépression sur notre trajet nous inquiétait pas mal pour le lundi 10, mais la prévision semblait très incertaine tant les modèles divergeaient, certains scénarios pessimistes nous ayant un peu refroidis (bon coup de tabac). Mais nous étions résolus à partir, si possible, le lendemain jeudi 6, parce que ça pouvait quand même passer dans des conditions raisonnables, et que sur cette zone assez perturbée, une fenêtre parfaite pour la météo doit assez rarement se présenter. Et puis, patienter, pour combien de temps, au juste ?

georgeschezgeorgesEn arrivant devant "chez Georges" pour déjeuner

En sortant de table, nous sommes allés voir la plage voisine, plage de Libanona, très jolie, mais à peine nous étions nous approchés de la plage qu'un groupe de fillettes est venue nous voir pour nous proposer bracelets, colliers, etc… La grande pauvreté, la misère… Difficile de les repousser, et en même temps, je ne souhaitais rien acheter. Nous avions à faire et nous avons quitté la plage assez vite, mais jusqu'à l'entrée dans le taxi, elles ne nous ont pas quitté d'une semelle. Nous avons quitté ce bel endroit pour aller faire quelques courses (pain, légumes), avant de regagner le port, puis le bateau, en ayant prévenu le port que nous comptions partir le lendemain, la décision était enfin prise !

libanoLa plage de Libanona voisine du restaurant

unevuesansnom

Les derniers modèles météo confirmaient bien que le trajet était raisonnablement faisable, sans danger, avec des phases plus embêtantes (vent contraire, voire pas trop de vent) mais d'autres très convenables. Nous pouvions donc partir, à supposer qu'on ne nous retienne pas au port trop longtemps pour diverses formalités ! La principale inconnue, qui s'est montrée sur tous les modèles, c'est un coup de vent qui doit arriver sur la zone de Richards Bay entre mardi soir et mercredi midi, ce qui ne nous laisse pas vraiment la même marge pour atteindre le port avant cela… On verra bien !

vubee